Retour aux actualités

2021 (12)

2020 (4)

2019 (11)

2018 (4)

2017 (16)

2016 (15)

2015 (55)

2014 (30)

2013 (1)

2012 (1)

2011 (2)

MODIFICATION DU RENDU ANTIBIOGRAMME

publié le : 19 janvier 2021

À compter du 1er Février 2021, la mise à jour du référentiel antibiogramme CASF-EUCAST entraîne une modification majeure dans notre façon de rapporter les antibiogrammes.

La catégorisation clinique de sensibilité des bactéries aux antibiotiques (S : sensible ; I : intermédiaire ; R : résistant) a été redéfinie par l’EUCAST : elle est désormais directement reliée au niveau d’exposition à l’antibiotique de la bactérie au sein du site infectieux et aux posologies préconisées. L’exposition dépend du mode d’administration, de la posologie, des intervalles entre plusieurs administrations, mais aussi des caractéristiques pharmacocinétiques de l’antibiotique.

Les lettres S, I et R subsistent, et prennent désormais les significations suivantes :

  • S : SENSIBLE à posologie STANDARD. Une bactérie est catégorisée sensible à posologie standard lorsqu’il y a une probabilité élevée de succès thérapeutique à posologie standard de l’antibiotique.
  • R : RÉSISTANT. Une bactérie est catégorisée résistante lorsqu’il y a une forte probabilité d’échec thérapeutique même en cas de forte exposition de la bactérie à l’antibiotique.
  • I : SENSIBLE à FORTE POSOLOGIE. Une bactérie sera catégorisée comme sensible à forte exposition lorsqu’il y a une forte probabilité de succès thérapeutique due au fait que l’exposition de la bactérie à l’antibiotique est AUGMENTÉE par l’utilisation DE POSOLOGIES ÉLEVÉES ou par la concentration spontanément élevée de l’antibiotique au site infectieux en raison de ses caractéristiques pharmacocinétiques (essentiellement dans les urines).

le classement «I», devient désormais une incitation forte à utiliser l’antibiotique testé, sous réserve du respect des conditions citées ci-dessus. Il ne doit plus être associé à un risque d’échec thérapeutique.

Les schémas posologiques de l’EUCAST sont disponibles sur le référentiel CASM-EUCAST 2020 (annexe 7 page 169).

Exemples d’impact résultat :

  • Fluoroquinolones (Ofloxacine/Ciprofloxacine/Levofloxacine) et Staphylocoques, Streptocoques/Enterocoques ou Pseudomonas : une souche sensible sera toujours catégorisée I et jamais S car l’efficacité est obligatoirement reliée à une forte posologie.
  • Pseudomonas et bêta-lactamines (Cefatzidime ; Piperacilline + tazobactam ; Imipenem) : une souche sensible sera toujours catégorisée I à ces antibiotiques (et jamais S) car nécessité d’une forte posologie, alors que le Ceftolozane + tazobactam ou le Meropenem pourront être catégorisés S car la posologie standard est suffisante.
    Pour autant la ceftazidime catégorisée I n’est pas moins efficace que le Ceftolozane + tazobactam catégorisé S; de même l’Imipenm catégorisé I aura une efficacité comparable au Meropenem catégorisé S. C’est une question de posologie !
  • Bactrim (trimethoprime + sulfamethoxazole) et Enterocoques ou Stenotrophomonas : une souche sensible sera toujours catégorisée I et jamais S car l’efficacité est obligatoirement reliée à une forte posologie.